2 min de lectureParasite

Il avait composé son visage angélique ; il avait insisté sur leur fraternité, leur complicité intérieure. Il s’en tiendrait là, au début, jouant sur la retenue, la pureté de son approche. Quelques semaines, deux mois peut-être…

Bientôt il disposerait de son corps, bientôt il capturerait ses sentiments les plus précieux. Il savait qu’il l’avait cueilli au cœur de sa fragilité, à ce moment où il questionnait son existence d’alors : sa femme qu’il avait cessé d’aimer depuis de nombreuses années, sa vie rangée à la campagne, son emploi du temps qu’il avait peu à peu laissé ronger par son travail…

Oui, il était friable, à sa portée. « Un cœur à prendre », s’était-il dit en l’observant.

Il aurait tout, sa bienveillance, sa disponibilité, son argent, sa vie. Il prendrait tout, l’épuiserait, puis le laisserait au bord du chemin.

Le programme s’est déroulé comme imaginé : les semaines fraternelles, l’étreinte, l’installation.

Mécanique perverse – Endosser le rôle de la victime, de l’être empathique, jouer sur la corde de l’enfant mal aimé qui a su héroïquement s’extirper des griffes de ses parents lourdauds et vulgaires.

Pouvoir – Prononcer les mots qui font ployer : « je te quitterai », « tu es incapable de me résister : un baiser, un mot doux et c’est reparti ».

Humeur – Se laisser gagner par la colère et, immédiatement après, l’asphyxier de mots doux ; briser la résistance ; conduire pas à pas à un esclavage consenti.

Victoire – Le jour où son « chéri » a courbé l’échine pour éviter son courroux à chaque broutille du quotidien : une musique qu’il n’aimait pas trop, une émission qui l’ennuyait, un paquet de riz rangé dans le mauvais placard, une assiette qui dépassait, une marque de pâtes trop chère… Le jour encore où il a accepté de se prêter à ses jeux sexuels salasses.

Abandon – Décider de partir : « envie de vivre autre chose », « aspiration à d’autres expériences ».

Fin ? Le jour où le cœur pris a réalisé sa pendaison. Le jour où il a vu le monstre sous les oripeaux angéliques. Le parasite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.