3 min de lectureSus aux cintres vengeurs !

Charles Haquet et Bernard Lalanne, Procès du grille-pain et autres objets qui nous tapent sur les nerfsD’accord, il y a votre collègue toqué qui ne souffre pas de voir un placard entrebâillé ou un tiroir entrouvert et qui passe sa journée à traquer les interstices, celle aussi qui parle trop fort ou celui qui a toujours chaud et vous oblige à vous munir d’une batterie de lainages. Les impolis, les agressifs, les tordus, les malhonnêtes, les crétins… Les motifs de tensions avec nos congénères ne manquent certes pas.

Mais que dire des objets qui peuplent notre quotidien ? N’avez-vous jamais eu le sentiment que certains d’entre eux se liguaient contre vous pour vous pourrir la vie ? Songez au rideau de douche qui, sous couvert d’affection, se colle sournoisement sur votre peau malgré vos tentatives de vous tenir à une juste distance de sa froide plasticité. N’oubliez pas les mini-doses (moutarde, sauce salade, lait…) qui ne s’ouvrent jamais correctement et finissent par maculer vos doigts, quand elles n’éclaboussent pas votre chemise, le billet de train qui refuse d’être composté malgré moult retournements, les attaques perfides du grille-pain manifestement décidé, au pire à vous brûler, au mieux à vous éborgner via un violent jet de toasts (fallait pas vous pencher au-dessus, aussi !). Et que penser de la chaussette qui se planque, vouant sa jumelle à une mort certaine, puisque privée de son utilité sociale ?

Ajoutons la prolifération des magnets sur les portes de frigos, la housse de couette indocile, les objets interdits aux gauchers (je sais de quoi je parle !), la chaise longue qui, aigrie par sa station dans l’ombre du garage pendant les mois hivernaux, s’emploie à vous broyer les doigts lorsque vous tentez de la déplier. N’ignorons pas également les cintres qui prennent un malin plaisir à s’accrocher les uns aux autres, de préférence lorsque nous sommes très pressés, jusqu’à faire glisser l’habit désiré dans le coin poussiéreux de la penderie. Et bien d’autres objets, encore, susceptibles de nous irriter au plus haut point, alors qu’ils sont soi-disant destinés à nous simplifier la vie.

C’est avec un verbe alerte et un humour mordant que, dans leur Procès du grille-pain et autres objets qui nous tapent sur les nerfs, les auteurs Charles Haquet et Bernard Lalanne nous exposent ce pouvoir de nuisance des objets, s’évertuant à semer notre quotidien d’embûches. Chaque lecteur ne manquera pas de retrouver nombre de moments vécus, cette fois le sourire aux lèvres, tant les textes nous emportent dans leur tourbillon d’humour et de dérision. Peut-être alors que la prochaine fois que vous tenterez de composter un billet de train en vain, considérerez-vous la machine récalcitrante d’un œil amusé ? Pas sûr…

Un livre, en tout cas, à se procurer et à offrir à ses proches sans hésiter ! Pour non seulement rire de ces moments d’agacement où nous avons l’impression d’être le jouet de ces objets malicieux, mais aussi leur montrer que nous n’entendons pas nous laisser faire. Non mais !

Procès du grille-pain et autres objets qui nous tapent sur les nerfs
Charles HAQUET et Bernard LALANNE
Mercure de France, coll. « Littérature générale »
2014
208 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.