Une absurde cruauté

Témoignage d'une femme au Goulag (1944-1955)

Barbara Skarga, Une absurde cruautéEn 1944, Barbara Skarga, alors âgée de vingt-cinq ans, était étudiante en philosophie et membre de la Résistance polonaise. Elle fut arrêtée le 8 septembre par le NKVD. Ont suivi onze années d’enfermement composées tout d’abord de treize mois d’interrogatoires dans les prisons de Wilno, puis, suite à la condamnation prononcée par un tribunal militaire soviétique, de dix ans de camp (assortis d’une relégation perpétuelle en Union soviétique).

De ce texte émanent avec force l’horreur de la détention, la bêtise, le climat incessant de la délation, avec en arrière-plan ce « mécanisme monstrueux » qu’est le communisme. L’enfermement, la privation de liberté pendant onze ans.

Les rouages absurdes de ce système infernal sont exposés avec clarté et pudeur. On devine que Barbara Skarga glisse sur certains faits, son écriture se concentre sur l’exposition des conséquences effroyables de la mise en œuvre de l’idéologie communiste.
La philosophe ne cherche donc nullement la plainte, mais bien plutôt à nous engager dans l’analyse de ce système clos. Ainsi, notamment, ces mots explicitant le formatage des esprits au point de faire perdre aux hommes le sens de leur propre dignité : « Ce mécanisme brisait ses adeptes comme ses opposants, les hommes libres comme ceux qui ne l’étaient pas ; il brisait les corps, mais, ce qui était pire, il changeait les caractères en pervertissant les esprits, leur façon de voir, en opérant des lavages de cerveau, bref en “soviétisant” les hommes. Il les privait de toute dignité et de tout sentiment de liberté intérieure. »

Barbara Skarga relève, en particulier, la grande docilité des Russes qu’elle a observée au cours de sa détention dans les camps. Et elle ne cache pas le mépris qu’une telle servilité lui a inspiré. C’est là, à ses yeux, un point de grand écart avec le peuple polonais.

Au fil de la lecture, ressortent de manière d’autant plus saisissante l’intelligence et la ténacité d’une femme qui a résisté dans ce climat sans, qui plus est, aucune perspective certaine de sortie. Qu’est-ce qui a tenu ? L’on sent l’impact d’une liberté intérieure qui n’entendait pas plier, l’on sent une vitalité irréductible couplée au courage d’une femme qui ne pouvait se résoudre à renoncer à la victoire de la justice.
Elle a tenu et elle est sortie.

Une absurde cruauté
Barbara SKARGA
La Table Ronde, coll. « Contretemps »
2000
Traduit du polonais par Maryla Laurent
352 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *