11 min de lectureEntretien avec Henri Duc, pédiatre

Henri Duc a été chef de service de pédiatrie à l’hôpital de Roanne pendant de nombreuses années. À ce titre, il a participé à la formation d’internes se spécialisant en pédiatrie, ainsi qu’à celle de médecins généralistes dans leur période de résidanat.


[Entretien réalisé en 2003]

 

En quoi, par-delà l’enseignement théorique dispensé à la faculté, la formation sur le terrain s’avère-t-elle essentielle ?
La formation théorique, c’est une base qui est indispensable. Mais l’essentiel, c’est sûr que c’est la formation sur le terrain. C’est l’observation, l’enseignement sur le terrain qui apprend certainement une base essentielle pour faire plus tard une bonne médecine.

Pour le côté médical pur, l’important c’est de voir comment on observe un malade, comment on l’examine, comment on interroge le patient surtout – ce que je critique souvent maintenant, c’est qu’on fait des examens avant d’interroger. C’est là que le rôle des chefs de service, des médecins qui sont sur place est important, parce qu’ils apportent cet élément clinique. Écouter, savoir interroger, poser les bonnes questions, savoir examiner, analyser les symptômes (ce qui ne s’apprend pas dans la théorie, ne s’improvise pas comme ça). Et, ceux qui ont de l’expérience le font le mieux. Et puis, partant de là, développer la construction diagnostique, thérapeutique. Si la formation sur le terrain est indispensable dans tous les métiers, en médecine c’est une vérité essentielle. La critique actuelle qu’on peut faire de la formation théorique, c’est qu’on voit souvent arriver des jeunes qui, ne sachant pas trop ce qu’ils cherchent, défilent les examens, mais si on avait pris le temps d’interroger, d’examiner, on pourrait limiter, cadrer sur le diagnostic et ensuite sur la thérapeutique.

Et puis, à côté de ça, il y a un élément psychologique. Là je crois que les responsables de service ont un rôle essentiel, parce qu’ils doivent montrer l’abord psychologique du malade. Je ne sais pas si ça s’enseigne maintenant en faculté, mais je crois qu’on y fait beaucoup plus attention que de notre temps. Mais il reste que, là aussi, le jeune étudiant apprendra beaucoup sur le plan psychologique en voyant comment agit le médecin responsable. C’est là que mon expérience de médecin médiateur [1] me permettait de voir le médecin qui se situe bien sur le plan psychologique ou pas. On voit bien dans les réflexions des gens comment ils ont été reçus, écoutés. Il faut tenter de savoir à quoi correspond l’angoisse des malades, la demande des familles.

C’est sûr que d’énormes progrès ont été faits sur ce point. Parce que quand j’étais interne, ne serait-ce que la visite des parents dans les hôpitaux pédiatriques, c’était trois fois par semaine.

Oui, on insistait beaucoup moins sur le contact entre les parents et l’enfant.
Oui, ça on ne nous l’enseignait pas. J’ai le souvenir de professeurs très humains et puis d’autres qui étaient très distants avec le malade. On enseigne mieux cela maintenant : prendre plus en considération les abords psychologiques, faire plus attention à ce que ressent le malade. C’est plus compliqué d’admettre tous les gens à n’importe quelle heure auprès des enfants, mais c’est quand même un élément de la thérapeutique.

De même, la douleur du nourrisson a été beaucoup plus prise en compte au fil du temps.
Oui, c’est sûr. Surtout celle du nouveau-né, du nourrisson. Mais la douleur en général en France était très mal prise en considération. De ce côté-là, on était très en retard sur les pays anglo-saxons, parce qu’en France il y avait toujours la peur de la morphine, de la drogue. Je me rappelle de conférences à Villejuif où on a commencé à beaucoup parler de ces problèmes. Des médecins disaient que dans leurs services où il y avait tant de malades douloureux, ils s’apercevaient que quelquefois des prescriptions de morphine n’avaient pas été suivies par le personnel, parce qu’il y avait cette appréhension de la drogue. Il a fallu lutter contre cette idée, cette appréhension de la drogue. Donc il a fallu convaincre.

Le nourrisson, surtout le nouveau-né, on le considérait un peu comme sans sensibilité. On ne se posait pas le problème. Maintenant la conscience du nouveau-né, on la fait partir à la grossesse. Avant, pour une ponction lombaire ou autre, on faisait très vite, mais on ne prenait pas la précaution d’un sédatif. Maintenant on prend des précautions pour qu’il ne souffre pas. C’est une donnée que l’on met désormais d’emblée en avant. C’est sûr que là il y a eu d’énormes progrès.

Là aussi il y a l’importance, en dehors des étudiants, vis-à-vis du personnel, de le mettre dans ce contexte, parce que vous avez des gens qui n’ont pas été formés de la même façon. D’où encore l’importance de l’enseignement sur le terrain, non seulement pour les médecins futurs, mais également pour l’ensemble du personnel soignant.

« J’avais donné au personnel un petit canevas où j’avais mis en tête : “La douleur se traite avant qu’elle apparaisse”. »

Qu’aviez-vous personnellement le plus à cœur de transmettre ?
Surtout au début de mon installation, la chose que je voulais transmettre, c’était la connaissance médicale. J’avoue que rétrospectivement je me fais un peu le reproche, les premières années, de ne pas avoir fait assez attention au côté psychologique. Mon premier souci, c’était d’apporter la connaissance médicale, de la faire fructifier (au cours des réunions, etc.), puis de la transmettre aux internes et au personnel. Petit à petit, ça a évolué et puis, sortant du cadre universitaire, je me suis ouvert à des perspectives plus humaines. Non pas qu’on était inhumains au départ [rires], mais il y avait des choses auxquelles on ne faisait pas assez attention. Voyez, c’est comme pour les visites, ça paraissait normal qu’un enfant soit séparé de ses parents. J’étais plus tourné vers la transmission du savoir, parce qu’on était formés surtout comme ça et qu’on faisait moins attention aux problèmes psychologiques. C’est l’expérience acquise petit à petit qui a amené à une prise de conscience, mais on aurait pu gagner quelques années dans notre comportement.

Il a fallu vaincre des réticences. Pour le personnel c’est plus confortable de n’avoir personne sous les pieds. Alors que si vous laissez entrer tout le monde, tout de suite c’est plus difficile. C’est facile à dire, mais les infirmières, les auxiliaires puéricultrices, qui sont au contact permanent, pour elles c’était plus difficile. C’était une habitude à prendre, des fonctions à modifier, à intégrer. Je leur suis reconnaissant, parce que pour elles c’était dur. Vous savez, quand on n’est pas responsables directs, dans les hôpitaux universitaires, où la responsabilité est diluée, c’est différent, on fait moins attention aux petits détails. Quand on arrive dans les hôpitaux de campagne on est seuls, on a un contact beaucoup plus direct avec les patients. Tout de suite, on est plus confrontés aux problèmes psychologiques, aux problèmes des familles.

Ça va précisément dans le sens de la douleur. On en a plus conscience. Je me suis beaucoup attaché à ce qu’on fasse attention au problème de la douleur. Je me rappelle, j’avais donné au personnel un petit canevas où j’avais mis en tête : « La douleur se traite avant qu’elle apparaisse ». Il ne faut pas attendre. Parce que, dans l’éducation française, on avait tendance à dire : « Attention, quand il aura mal… ». Alors qu’en réalité, il faut le faire avant, il faut anticiper la douleur. Ça aussi, c’est à faire rentrer dans la tête des gens. De là encore l’importance de la formation sur le terrain. On l’apprend bien sûr maintenant de façon théorique. Mais ce sont les gens sur le terrain qui donnent l’impulsion à le mettre en œuvre.

Réciproquement, qu’avez-vous retiré de cette transmission sur le plan personnel ?
Transmettre le savoir médical apporte une certaine satisfaction. On s’habitue à « faire des questions » comme on disait, à enseigner. Il est toujours agréable de transmettre ce que l’on sait. Ça permet une remise en question perpétuelle, le savoir est toujours remis à l’épreuve. Celui à qui vous enseignez a aussi le droit de vous critiquer. Le fait d’être obligé en plus de transmettre vous donne une responsabilité supplémentaire. En plus de ça vous avez des gens qui viennent d’ailleurs et qui, donc, vous apportent leur propre expérience et d’autre part leur propre enseignement théorique qu’ils peuvent vous envoyer dans la figure. Donc on est gagnants de part et d’autre.

Sur le plan humain davantage encore, car il y a plus de réponses en retour. Du point de vue psychologique, vis-à-vis des familles, des enfants, c’est beaucoup plus enrichissant. Ça vous apporte beaucoup plus de satisfactions. Quand vous avez des gens qui vous expriment leur reconnaissance, avec lesquels vous avez pu avoir un bon contact, ça vous enrichit davantage. C’est plus profond. Ça permet une plus grande ouverture et de mieux connaître les gens, la fragilité humaine. Connaître la réaction de gens plus simples chez lesquels vous trouvez des valeurs merveilleuses.

On apprend beaucoup au contact des malades si l’on ne se contente pas de faire une prescription d’examens, si l’on s’attarde un peu… Et puis, il y avait plus de considération pour les médecins. Il n’y avait pas la même perception des médecins qu’aujourd’hui. Maintenant les familles ont tendance tout de même à être beaucoup plus exigeantes – l’exigence c’est bien –, mais revendicatrices, procédurières surtout.

Beaucoup de gens semblent en effet se tromper de terrain, ne considérant pas l’art médical, mais attendant du médecin qu’il soit un grand manitou qui puisse répondre à tout.
Oui, les gens n’admettent plus le risque, ils veulent une assurance à cent pour cent. Mais ce n’est pas que dans le domaine médical d’ailleurs…

Enfin, qu’est-ce qui ne se transmet pas ? Quelle est, selon vous, la part impossible à transmettre, que chacun doit trouver en lui ?
Beaucoup de choses peuvent se transmettre… Peut-être la sensibilité personnelle, une forme de sensibilité. On peut tomber sur des gens qui n’ont pas une perception suffisante, qui n’ont pas un terrain assez perméable. Il y a quand même une question, oui, de sentiments personnels. Je l’ai bien vu notamment au cours de mon expérience de médecin médiateur. Vous avez beau avoir de l’influence, il y a des gens avec lesquels vous n’y arriverez pas, ils sont durs. Vous pourrez insister, mais il y a certainement comme vous dites une part irréductible… Ne serait-ce que l’amabilité au quotidien : savoir sourire, demander comment ça va… On ne peut pas tout modifier.

Vous est-il arrivé de considérer qu’une personne n’était pas faite pour ce métier ?
Je n’ai jamais été confronté aussi loin. On peut dire « tiens ça va faire un bon médecin ou un bon scientifique » ou « celui-là je ne sais pas quel contact il va avoir avec le malade ». Mais j’en n’ai jamais été à dire « ça ne passe pas ». Parce que tout de même quatre-vingt-dix-neuf pour cent des gens ont une sensibilité suffisante. Ou la carapace va céder à un moment ou alors ils auront une épreuve. Ça compte beaucoup ça aussi : quand vous êtes confrontés à des problèmes difficiles, ça vous fait réfléchir… À ce moment-là, il y a des valeurs personnelles qui se révèlent, et qui étaient camouflées jusque-là. Il faut quand même qu’il y ait un terrain suffisant, mais on peut ouvrir la porte… On est optimistes parce que, tout de même, il n’y a pas beaucoup de gens fermés à cent pour cent.

Pour conclure…
Ce qui est important, je crois, c’est l’évolution, la façon dont on peut évoluer soi-même. Petit à petit on nuance et on évolue sur le plan humain vis-à-vis des familles et du personnel. Il faut être capable de se remettre en question sur le plan médical et sur le plan relationnel.


[1] Au moment de sa retraite, prise il y a dix ans, Monsieur Duc a exercé la fonction de médecin médiateur pendant cinq ans, dont le rôle est de faire œuvre de « conciliateur » dans les conflits ou mésententes pouvant surgir entre patients et médecins.

 

Parutions
  • Revue L’Aleph, « Que Transmettre ? », n°11, avril 2003.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.